Les plantations de palmier à huile pourraient doubler sans endommager les forêts, estiment des chercheurs

Les plantations de palmiers à huile peuvent s’accroître – potentiellement pourraient presque doubler – sans endommager les forêts et les zones protégées, selon une étude  réalisée par des chercheurs australiens de l’ International Institute for Applied Systems Analysis (IIASA).

Dans cette étude, les chercheurs ont cartographié les terres adaptées à la production d’huile de palme à l’échelle mondiale – Asie du Sud-Est, en Afrique et en Amérique latine- en prenant en compte des considérations environnementales et climatiques. « Il est possible d’augmenter la production d’huile de palme et de le faire d’une manière durable», affirme le  chercheur de l’IIASA  Johannes Pirker qui a dirigé l’étude.

Dans un premier temps, ils ont déterminé précisément  les endroits où les conditions étaient réunies en fonction de la température, des précipitations, de la pente et du type de sol pour produire de l’huile de palme. D’un point de vue purement biophysique, ils ont constaté que près de 1,37 milliard d’hectares de terres sont globalement propices à la culture du palmier à huile dans douze pays tropicaux. Toutefois, environ la moitié de la superficie est attribuée à d’autres fins, comme l’agriculture ou des résidences, y compris les zones protégées qui représentent environ 30% de la zone ainsi que les forêts.

carte_palme.png

 

Au total la superficie  appropriée qui pourrait être disponible pour une future production serait de 19,3 millions d’hectares. Ce qui correspond environ à l’étendue actuelle de la production d’huile de palme,  soit 18,1 millions d’hectares. Cependant, au sein de cette zone, environ la moitié se situe à plus de dix heures de route de la ville la plus proche ce qui pourrait compromettre la rentabilité économique de la production d’huile de palme.

« Cette analyse sera un outil utile pour identifier la zone pour les futurs investissements de palmiers à huile qui répond à certaines normes environnementales de base. Les cartes sont disponibles aux parties intéressées qui peuvent les combiner avec des informations locales pour aborder d’autres dimensions du développement durable », explique IIASA chercheur Aline Mosnier, qui a également travaillé sur l’étude.

Editor's choice

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

Les plantations de palmier à huile pourraient dou…

Par Michel Fotsing temps de lecture: 2 min
0
Search
Register New Account
Reset Password